[Review] Secret Wars « Civil War » #1

Civil War fait sans doute parti de mes kiosques Secret Wars favoris. Sans compter Planet Hulk, dont on ne sait pas assez de chose pour le moment, nous avons le droit à trois excellentes séries dans trois univers bien différents mais tout aussi passionnant. Si Civil War est aussi bon que je l’espérais, 1872 l’est tout autant à ma grande surprise.

secret-wars-civil-war-une

La critique ★★★★★

Civil War #1 – ★★★★★
Scénario : Charles Soule / Dessins : Leinil Francis Yu / Encrage : Gerry Alanguilan / Couleurs : Sunny Gho

Comme vous avez-vous le voir dans le premier Il était une fois, je suis un très, très grand fan de Civil War. Aussi ce tie-in était sans conteste l’un de ceux que j’attendais le plus.

Sur Battleworld, Civil War ne s’est pas du tout terminé comme sur notre Terre. Lors de la grande bataille finale, dans la prison créée par Tony Stark, Hank Pym et Reed Richards les deux camps se voient être manipulés alors que la prison explose. Chacun pensant que cela est la faute de l’autre. En tentant de fuir, tous nos héros « causent » la mort de quinze millions de personnes et de très nombreux héros meurt ce jour-là. Black Panther, Daredevil, Tigra

Dès lors, Civil War ne s’arrête pas et tout accord entre Captain America et Iron Man semble impossible. Les Etats-Unis sont scindés en deux, l’Iron à l’est où Tony Stark impose un recensement strict dès la découverte d’un pouvoir, et ce dès le plus jeune âge. Alors qu’à l’ouest, le Bleu, territoire de Captain America n’a que deux lois : ne blessez personne et aidez quand vous le pouvez.

Après six ans, chacun a le droit de vivre où il veut, mais à la frontière des deux pays, des gens se battent pour que tout cela cesse, une réunion est organisée entre Tony et Steve, malheureusement cela ne s’arrêtera jamais…

Je suis ravi de pouvoir assister à la suite de Civil War, de découvrir comment cela aurait pu continuer sans la reddition et la mort de Steve Rogers. Et soyons clair, j’adore ce que je lis.

civil-war-1-1

1872 #1 – ★★★★★
Scénario : Gerry Duggan / Dessins : Nick Virella / Couleurs : Lee Loughridge

On reste avec Steve Rogers et Tony Stark mais on change complètement de registre puisqu’avec 1872 nous avons le droit à une plongée surprenante en plein cœur du far-west.

Le shérif Rogers essaie tant bien que mal de faire régner la loi dans la petite ville de Timely. Mais difficile de survivre alors que le maire Fisk et les autres notables sont sous la coupe à Roxxon et que la seule personne apte à aider est un alcoolique du nom de Tony Stark.

Mais à ne pas vouloir se soumettre et à refuser de laisser faire ce qu’il lui parait ne pas être juste, le shérif risque de faire venir la mort même dans sa paisible petite ville…

J’ai été assez vite séduit par cet univers, dès la première page en fait avec la carte de la ville et ses alentours. On a l’impression de retrouver nos héros dans un vieux western. C’est plus qu’une impression d’ailleurs. Une bien belle surprise signée Gerry Duggan et dessinée, superbement, par Nick Virella.

1872-1-1

Hail Hydra #1 – ★★★☆☆
Scénario : Rick Remender / Dessins : Roland Boschi / Couleurs : Chris Chuckry

Avec ce titre, Rick Remender met la lumière sur Nomad, ou Ian, le fils adoptif de Steve Rogers, à travers une New York méconnaissable, dangereuse, fondée par l’Hydra ! Une ville où le moindre petit tague conduit à être resocialisé, et ne parlons pas de la sanction ultime, absolument ignoble et dérangeante.

Le souci pour Nomad, c’est qu’il n’a aucun souvenir de cette New York, puisqu’il vient de notre Terre ! Autre lieu, autres crimes mais même héroïsme ! Mais tout va être chamboulé lorsqu’il va tomber sur lui-même ! Sur celui qu’il aurait pu devenir sans son père !

Content de voir que Nomad fait parti des « rescapés » sur Battleworld, on peut donc en déduire qu’il va avoir un rôle à jouer, du moins je l’espère. L’opposition que nous propose Remender est assez intéressante et risque de marquer ce nouveau héros.

hail-hydra-1-1

Planète Hulk #1 – ★★☆☆☆
Scénario : Greg Pak / Dessins : Takeshi Miyazawa / Couleurs : Rachelle Rosenberg

Avec un épisode aussi long de Civil War et un kiosque à 96 pages nous n’avons le droit qu’à moins d’une dizaine de pages pour Planet Hulk. Juste le temps de découvrir que Bruce Banner a bâti une énorme entreprise à la pointe de la technologie et que l’un de ses employés, Amadeus Cho, n’en fait qu’à sa tête. Comment, en voulant sauver tout le monde d’une bombe gamma, il a les a tous transformé en Hulks !…

Pas grand-chose à dire sur ce titre pour le moment, nous n’en avons pas assez, et surtout il ne s’agit que de l’un des deux prologues.

planet-hulk-1-1

Secret Wars « Civil War » #1

civil-war-cover Pourparlers
Scénario : Charles Soule
Dessins : Leinil Francis Yu
Encrage : Gerry Alanguilan
Couleurs : Sunny Gho
Lettrage : Laurence Hingray et Christophe Semal
Cover : Steve McNiven
4,90€

Romain

Fan de comics depuis avant les années 2000, je suis un véritable boulimique de lecture. Fan de Nova, le vrai hein, pas le petit rigolo du moment, j’aime regarder les étoiles au moment de m’allonger pour lire et réfléchir à comment partager cette passion sur mon blog ou maintenant ici.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. laurent dit :

    c’est quoi, la sanction ultime, absolument ignoble et dérangeante de Hail Hydra?(si sa te derange pas de le dire)

  2. Romain dit :

    Les gens sont brûlés vifs pour être transformés en matière première.

  3. laurent dit :

    ah oui,c’est extrême chez eux, pire que le camp des mutants avec crane rouge,espérons que le fils de rogers arrive a faire quelque chose!(se qui est peut probable je pense)

  4. Romain dit :

    Il est assez mal en point en effet^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.