X-Men Days of Future Past, la critique

Réalisation : Bryan Singer
Scénario : Simon Kinberg, Matthew Vaughn, Jane Goldman. d’après l’oeuvre de John Byrne et Chris Claremont.
Avec : Jennifer Lawrence, Michael Fassbender, James McAvoy, Ellen Page, Peter Dinklage, etc
Sortie : 21 mai 2014

X-Men Days of Future Past, poster

L’histoire
Dans un futur où les espèces humaine et mutante ont été décimées par d’impitoyables robots sentinelles, les ultimes survivants n’ont plus grand chose à espérer de l’avenir. Dans un ultime effort pour changer le cours tragique des événements, Professeur Charles Xavier et Magnéto envoient Wolverine dans le passé, à la rencontre des jeunes mutants écorchés qu’ils ont été. Car le meilleur moyen d’arrêter la guerre reste encore de ne pas la laisser éclater.

La critique ★★★☆☆
[Des petits spoils peuvent y figurer.]

Les X-Men au cinéma c’est dans l’ensemble une franche réussite.
Quand en 2000 Bryan Singer se plonge dans l’univers des mutants pour le compte de la Fox, le public découvre de nouveaux héros détestés de tous.
La réussite de ce premier volet lance le début de la saga X-Men et confirme l’intérêt du grand public pour les adaptations cinématographiques des comics.
X-Men 3 L’Affrontement Final casse cependant complétement la dynamique ce qui obblige le Professeur X, Magnéto et compagnie à prendre un repos forcé.
Avec la réussite des productions Marvel Studios, la Fox, tout comme Sony avec The Amazing Spider-Man, ressort de ses cartons les personnages qu’elle possède en leur donnant un second souffle moderne.
L’enfant chéri de la franchise revient, dans le rôle de scénariste cette fois.
Contrairement à Sony qui propose un reboot des origines de l’homme araignée, X-Men First Class (2011) fait un bon dans le passé pour compter les origines des mutants tout en gardant ce qui a été raconté dans la première trilogie.
Si les films adaptations des comics ne placent pas les aventures dans un monde futuriste de science fiction, l’implantation chronologie par rapport à notre Histoire n’a jamais été fait.
La grande particularité de X-Men First Class est de rendre la présence des mutants tout à fait normal, comme si c’était notre quotidien, en plaçant la rencontre de Charles Xavier et Erik Lehnsherren pleine Guerre Froide lors de la Crise de Cuba.
c’est l’un des éléments du scénario qui m’a le plus séduite, en plus de proposer des personnages attachant, juste et parfaitement joués.
Avec la réussite critique et au box-offce de ce film, un second volet était à espérer.
les choses n’ont pas trainé avec l’annonce de l’adaptation Days of Future Past. Et la des millions de fans se sont réveillés, on va revoir le premier casting ?!
Ce n’est pas un secret oui les deux castings existent dans un même film. Mais comment Bryan Singer arrive-t-il à faire vivre ces deux époques avec leurs personnages respectifs qui ont une histoire différente et un public pas identique.

X-Men Days of Future Past-h
En un mot X-Men Days of Future Past est bon. Le travail d’écriture pour faire vivre les deux époques l’une avec l’autre est excellent. Le sujet est maitrisé, l’introduction sur le futur n’est sert pas juste à offrir un grand « caméo » à la première équipe.

Cependant si vous n’avez pas vu aucun film X-Men, passez votre chemin, ou alors dédiez un long week-end à un binge watching des quatre précédents films.
C’est bien la première fois que je vois un film être autant fermé à un néophyte. C’est bien car ça nous évite les scènes de recontextualisation.
Si on gagne un temps précieux car il en a du pain sur la planche Logan dans le passé, c’est cruel d’emmener une personne qui ne connait rien aux X-Men.
Pas le temps, car Bryan Singer est là pour faire des  cinq X-Men, et au passage les films Wolverine, un gros bloc qui fonctionne bien ensemble et pas des films disparates. Le réalisateur qui revient aux manettes après X-Men 2 prouve que l’univers des mutants c’est le sien et que seul lui le maitrise dans son intégralité en y comprenant les univers parallèles que l’on n’ose pas imaginer.

Mais les X-Men sont une équipe et l’essence même du groupe n’est plus, du moins dans le passé. Aussi bien Erik, que Charles ou Raven, chacun mène son chemin comme bon lui semble. Ils se rapprochent pour faire face à Bolivar Trask mais ils ne sont pas une équipe et ce manque est vraiment dommage.

Si on passe aussi rapidement sur ce qu’on fait les « jeunes mutants » entre 1962 et 1973 il aurait été bon de plus développer l’histoire de Mystique car elle est au centre de de ce film et elle est celle qui a le plus changé.

x-men-days-of-future-past

En vrac, ce qui est bien

  • Big point pour les Sentinelles, de n’importe quelle époque d’ailleurs.
  • Les effets spéciaux passent comme une lettre à la poste et rendent le pouvoir de Blink super cool, elle le nouveau mutant qu’on a envie de plus découvrir.
  • Pas de panique Omar Sy ne rigole pas, il ne gâche donc pas le film.
  • L’une des meilleure scène est pour Quicksilver. Tout le monde s’est fait plaisir à la faire, c’est beau à voir.
  • D’ailleurs dans son ensemble la scène de l’évasion est la meilleure.
  • Ellen Page montre qu’elle peut faire de Kitty Pride un personnage bien plus intéressant si on lui donne la matière pour le prouver.
  • Logan fait moins bête sauvage qui rentre dans le tas car il a ici un rôle de guide.
  • Si vous voulez voir des scènes de combat demandez à Mystique, elle s’est y faire.
  • Coucou toi et toi !

En vrac, ce qui n’est pas bien

  • Rogue ?! Sérieusement !? Couper sa scène car le film était trop long est une blague. Et puis on voit parfaitement quand elle s’intègre. J’espère la voir dans les bonus du DVD.
  • Un Charles « drogué » et c’est toute l’intelligence du personnage qui en prend un sacré coup. Et d’une certaine manière l’importance de sa présence.
  • L’explication trouvée pour faire remarcher Charles me semble très douteuse.
  • Magneto fait du Magneto en boucle. Pourrait-on lui faire dire/faire un truc nouveau ?
  • Les scènes entre Michael Fassbender et James McAvoy ne sont plus aussi chouette que dans le premier.
  • Si Stryker justifie pendant 3 secondes sa présence il n’est pas utile.
  • Le rôle de Beast est toujours un peu fade.
  • La présence de scènes dans les trailers qui ne sont pas dans la version finale du film.
  • Comme d’hab’ la 3D ne sert à rien.
  • Le film se passe en 1973, le baladeur cassette a été commercialisé en 1979. Tout est dit :) (Merci Basile P.)

x-men-days-of-future-past-27

Si X-Men Days of Future Past ravira les fans de la première heure car il permet d’oublier l’horrible X-Men 3 L’Affrontement Final, les fans de X-Men First Class se sentiront spolier dans l’heure histoire.
Les clins d’œil, l’atmosphère, la phrase d’introduction dite par Charles Xavier (vieux), le Cerebro, la musique, tout est fait pour s’inscrire dans la trilogie initiale. Mais on perd un peu  ce qui faisait le charme de ce reboot, on perd 75% du casting et les nouveaux du passé ne servent à rien. Leur présence est moins utile que les nouveaux du futur. Et cette folie 60’s n’est plus.

Ne pas oublier, on reste bien jusqu’à la toute fin car « [Attention à ce que vous allez lire. 3…2..1… EN SABAH NUR! EN SABAH NUR! EN SABAH NUR!] » !

[Merci à 20th Century Fox et à l’agence Way To Blue pour l’invitation. Promis, Marvel Planet n’a reçu aucun $ pour cet article.]

Paula

Je bois du thé avec Natasha. Je mange des burgers avec Rogue. Je suis secrètement amoureuse d'Elektra. Je suis sous les ordres de Captain Marvel.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.