[Critique] Daredevil S01E02

Daredevil n’est pas un héros de guerre, ou un milliardaire, ou un Dieu nordique. C’est un gars ordinaire, qui vit dans un quartier ordinaire.

Murdock commet une erreur presque fatale en essayant de sauver un enfant kidnappé, mais une aide providentielle se présente quand il s’agit de sauver sa propre peau.

Daredevil-s01e2-critique-une

La critique ★★★☆☆
Attention, cette critique peut contenir des spoils.

Qui a dit que Daredevil était le super-héros le plus fort ? S’il se relève à chaque fois, il prend quand même un sacré paquet de coup. (Et là on remercie le ciel d’être sur Netflix, qui n’a pas les même censures que ABC.)
Si le premier épisode montrait, presque à part égale Matt, Daredevil, Foggy, Karen et les autres. Ici il y a deux intrigues.
Daredevil qui fait la connaissance d’une personne qui lui sauve la vie. Foggy et Karen qui font la tourner des bars car il ne veulent pas rentrer chez eux, être seuls et avoir peur.
Une certaine façon c’est Hells’s Kitchen qui est au cœur de cet épisode, symbolisé par le château d’eau. On voit un homme ensanglanté car il a fait face à des hommes violents. Une femme croisé au hasard, qui tente à sa façon de venir en aide aux gens et des personnes effrayées. Hell’s Kitchen porte bien son nom, mais ses habitants ne veulent pas perdre espoir car ils sont ici chez eux, et parce que certains agissent dans l’ombre pour leur sécurité.

Dans « Cut Man » on ne voit que Daredevil. Matt est présent dans les flashbacks de son enfance. Comme si ces flashbacks s’adressaient aux spectateurs qui se demanderaient pourquoi il accepte d’avoir des côtes cassés, d’être poignardé. Parce qu’il est un homme bon, comme l’était son père, à sa façon.
Claire Temple, sert à poser les questions que toute personne qui découvre ce personnage, se pose. Comment fait-il pour « voir » alors qu’il est aveugle ? Ses autres sens, sont hyper-développés. Ce n’est pas clairement dit mais on le devine. (Son sens radar n’a pas encore fait son apparition, même s’il se passe quelque chose quand Matt écoute le rythme cardiaque de Karen dans l’épisode précédent). Qu’elle est sa limite ? Pour le moment il n’en a pas…
Par ailleurs Foggy et Karen, vivent, même quand Matt n’est pas dans le coin. Cela prouve qu’ils ne sont pas des faire-valoir. Je les soupçonne, qu’au court des épisodes, ils vont faire quelque chose pour la ville.

daredevil-trailer-7Des scènes de combats étaient déjà montrées, mais là on passe à un stade au dessus, avec un Daredevil diminué qui se présente dans un couloir gardé par trop de russe. Le hors champs, qui suggère de la violence, est bien exploiter pour donner au public le temps de reprendre son souffle dans cette pluie de coups.

Concernant la musique du trailer, il s’agit de Beautiful Crime de Tamer.

Marvel’s Daredevil

Netflix_Daredevil_Poster « Cut Man »
Créateurs : Drew Goddard et Steven S. DeKnight
Daredevil est un personnage créé par Stan Lee et Bill Everett (1964)
Réalisation : Phil Abraham
Scénario : Drew Goddard
Avec au casting :

  • Charlie Cox : Matt Murdock / Daredevil
  • Elden Henson : Foggy Nelson
  • Vincent D’Onofrio : Wilson Fisk / Kingpin
  • Deborah Ann Woll : Karen Page
  • Rosario Dawson : Claire Temple

Sur Netflix le 10 avril

Merci à Netflix et à l’agence Darewin de m’avoir invité à la projection de cet épisode.

Paula

Je bois du thé avec Natasha. Je mange des burgers avec Rogue. Je suis secrètement amoureuse d'Elektra. Je suis sous les ordres de Captain Marvel.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.