[Critique] Spider-Man Homecoming

Spider-Man Homecoming est peut-être le film qu réuni à la fois l’impatience et la peur. La faute à trop de version en peu de temps mais grâce à une mise en bouche des plus prometteuses l’année dernière. Spider-Man 3.0 es-tu le messie ou un échec de plus dans cette liste qui contient ton nom trop souvent ?

La critique ★★★☆☆

[Cette partie ne contient pas de spoilers]

Avec cette troisième version de Spider-Man au grand écran, Sony se devait de rentrer dans les moule des adaptations récentes de comics au cinéma. Style imposé par Marvel Studios. Ne pas reproduire les erreurs de la saga Amazing. Offrir quelque chose de nouveau tout en revenant aux sources. La leçon a été plutôt bien appliquée. Le partenariat avec le MCU permet de donner un contexte à ce jeune héros et des modèle à imiter. Peter Parker est enfin un adolescent, joué par un adolescent, complétement nerd, un peu mal dans sa peau. Qui vit avec son temps. Et surtout qui nous évite encore une fois l’origin-story. Araignée, oncle Ben, toussa toussa. Même si y a peut-être un changement d’inspiration entre le comics et le film qui risque de faire criser les puristes. Ce Spider-Man est le Spider-Man que j’aurais voulu avoir étant ado. J’aurais voulu grandir avec lui, avoir les mêmes code que lui. Sony et Marvel Studios ont pioché la bonne carte en la personne pour incarner Spider-Man. l’avant-gout montré dans Captain America Civil War est ici confirmé. Ce Spider-Man nous fait complétement oublié le précédent, et donne un effet mal vieilli au premier.

Marvel Studios a de quoi s’amuser avec ce personnage par la suite. Sony est enfin dans le sens de la marche. Du moins pour le moment. Les différentes déclarations de Amy Pascal et Kevin Feige concernant le MCU et le Spiderverse, sont étranges. L’étiquette Marvel Studios apposé sur le film évite à Sony les sorties de route trop importantes. Il faudra attendre Venom pour savoir si Sony est digne de confiance.

Sony doit s’excuser auprès des fans de ces trois derniers films. Faut dire qu’on ne touche pas à Spider-Man comme ça. Avec Spider-Man Homecoming, Sony veut prouver qu’ils aiment Spider-Man. Ils aiment cet ado, moulin à parole. Il aime cet ado qui vit dans le Queens. Qui se balance entre les immeubles. Qui sauve les chats coincés dans les arbres, qui arrête les voleur de vélo. C’est un peu comme Daredevil, le sang en moins et sans la torture catholique.

Pendant deux heures Tom Holland m’a bluffé, m’a donné envie d’aimer Spider-Man. Il apporte un vent de fraicheur propre à sa jeunesse, face à tous ces héros adultes, qui ont le poids de l’expérience sur les épaules.

[Cette partie contient de spoilers]

Mais…tout l’amour porté à Peter Parker / Spider-Man ne permet pas de faire un bon film. Car il est ici question d’un super héros. ET un super héros à besoin d’un ennemi à sa hauteur. Vulture fait office de boss final mais on n’y croit pas trop, sa carrière criminelle semble être faite de bric et de broc et voir ses ailes sur grand écran ne les rend pas si menaçante. Les autres méchants, genre Shooker sont une vaste blague et fade comme du pain mouillé. La présence de Donald Gloover en tant qu’Aaron Davis est juste là pour l’easter eggs avec Miles Morales et appuyer là où ça fait mal, Miles Morales n’aura jamais son heure de gloire.
Le reste de la palette des personnages secondaires est affligeante. Ganke, pardon Ned, mérite des claques à force d’être das l’excès dans chacune de ses scènes. Iron Man et Happy sont là pour encaisser leur chèque. Tante May parlait plus dans Captain America Civil War que dans Spider-Man Homecoming. Liz (pas Allen) est juste là pour être la belle de service. Quelqu’un à compris à quoi sert Betty Brand et pourquoi elle fait des grimaces quand fait le JT du lycée. Flash est la caricature du méchant qui a une Audi. Pardon mais y a rien à dire de plus sur ce type, qui se toute façon à trois phrases et toutes sont là pour rabaisser Peter. Et Michelle. Ah Michelle…personnage mystère interprétée pas la star des jeunes Zendaya. Michelle, le personnage dont le rôle tient sur un post-it  » regarder les gens vers le haut à cause de tes cheveux, détester les gens mais faire toutes les activités de groupes, lire des livres. » Elle est dans chaque satané scène et tu ne sais pas pourquoi, ça n’a pas de sens ! (Merci les gars pour l’originalité au final, pas bravo.)

Au final Spider-Man se retrouve bien seul dans son film et fait un monologue de 2 heures, avec des petites surprises mais rien de bien spectaculaire. La faute à une communication trop agressive qui a montrer TOUT le film. Ne venez plus jamais me dire que Marvel Studios montre l’intrigue de ses films avec les deux trailers.

On savait que Spider-Man allait avoir un costume fait par Iron Man, qu’il allait couper un ferry en deux, se retrouver sans costume, mais sa persévérance allait lui permettre de battre le méchant. On a eu ça dans les trailers, on a eu ça dans le film, avec pas grand chose en plus.

J’avais envie de t’aimer Spider-Man mais tu m’as saoulé. C’est pas grave c’est pas la fin du monde, tu m’as fait rire parfois, t’es un film de l’été, mais je vais vite t’oublier. Spider-Man Homecoming ne révolutionne rien, ne surprend pas spécialement, il se laisse voir, sauve l’honneur de Spider-Man mais il ne faut pas en demander plus.

Pour finir, rester bien jusqu’à la fin du générique pour voir toutes les scènes cachées. D’ailleurs la dernière est la plus méta des scènes post-générique ! (Ne faites pas comme la moitié de ma salle qui s’est barrée sans regarder en arrière.)

Spiderman Homecoming

Réalisation : Jon Watts
Scénario : Jon Watts, Jonathan M. Goldstein, John Francis Daley, Christopher Ford, Chris McKenna, Erik Sommers,
Casting:

  • Tom Holland – Peter Parker / Spider-Man
  • Marisa Tomei – May Parker
  • Zendaya Coleman – Michelle Gonzalez
  • Angourie Rice – Betty Brant
  • Tony Revolori – Flash Thompson
  • Laura Harrier – Liz Allen

Sortie le 12 juillet 2017

Paula

Je bois du thé avec Natasha. Je mange des burgers avec Rogue. Je suis secrètement amoureuse d'Elektra. Je suis sous les ordres de Captain Marvel.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Maître Murdock dit :

    Est-ce qu’on voit l’équipe de Damage Control ? Et est-ce que leur présence est un tremplin vers la série ?

  2. Paula dit :

    On voit « l’organisation », vite fait.
    La série ? Quelle série ? Celle qui a été annulée et qui ne verra pas le jour ? Non pas de tremplin vers elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.