[Critique] Venom, le film d’horreur rigolo à voir à la maison

Quand il n’y a plus de films Marvel Studios, il nous reste toujours les films adaptés des comics Marvel. C’est le cas avec Venom, film produit par Sony qui se lance dans son Spider-Verse.

La review ★★★☆☆☆

Sony Pictures se lance enfin dans son univers super-héroïque avec Venom. Après trois tentatives avec Spider-Man, une association avec Marvel Studios pour remettre sur le droit chemin Peter Parker, Sony, avec le réalisateur Ruben Fleischer (Bienvenue à Zimbieland, Gangster Squad), se lancent dans son univers partagé, sans Spider-Man.

Petit rappel : l’utilisation de Spider-Man est partagée entre Sony et Marvel Studios. Spider-Man fait partie du MCU. Voyant Sony sortir les rames au moment de faire un film de super-héros correct, Marvel Studios met une condition. Sony peut faire tous les films qu’iels veulent, avec tous les personnages qu’iels veulent, mais impossible de mettre Spider-Man partout. Spider-Man doit être cohérent avec le MCU, pas avec le Spider-Verse.
¯\_(ツ)_/¯
Venom ne fait donc pas partie du MCU et n’espérez pas y voir Spider-Man.

Pour le lancement de son Spider-Verse, Sony n’a que les adversaires de disponibles, alors autant choisir celui qui est le plus anti-héros de tous, avec des pouvoirs un peu proches, Venom. Si le premier trailer était prometteur, le second soulevait de gros doutes, qui étaient confirmés par les critiques presse, qui ont tiré à balles réelles. Cependant il m’en faut plus pour m’empêcher de voir un film, comme un scandale sexuel avec un membre du casting ou de la production.

Comme dit Basile, notre conscience professionnelle nous oblige à y aller. Et puis je viens de donner 57 heures de ma vie à des séries Netflix à chier, je peux donner 2 heures à Sony.

Alors oui, le film a un gros paquet de trucs horribles. Les clichés du mec rebelle qui a un blouson en cuir, une moto et qui traîne dans les bars. Ou ceux concernant le scientifique qui se prend pour dieu qui est complètement interchangeable. Sans oublier les grosses explosions, oui je parle de vous les drones qui explosent plus fort qu’un hélicoptère. Je n’oublie pas les scènes en Asie, qui sont là pour…..je ne sais pas trop à vrai dire. J’ai pas compris pourquoi la navette se crashe, comment le Symbiote sait qu’il faut aller à San Francisco et qu’il faut changer d’hôte pour prendre l’avion. Mais bon….le film n’est pas là pour donner un gros scénario, ni un bon montage. Enfin si il devrait, mais je crois qu’à un moment quelqu’un s’est rendu compte, qu’il était impossible de tenir la comparaison avec les films de super-héros qui cartonnent depuis 10 ans.

Pas doué.e en FX ? Pas de soucis, mettez tout dans le noir avec un symbiote noir. La qualité des FX de la bataille finale teasés dans le trailer 2 me faisait très peur, mais là dans le film on n’a pas le temps de s’en rendre compte. Et oui la bataille finale ne s’éternise pas, car il n’y a pas grand chose à en faire, puisque le gentil méchant va gagner, car c’est toujours comme ça.

Alors quoi faire quand on a sur les bras un projet, qui a de moins en moins d’arguments en sa faveur ? On mise tout sur le personnage principal et son interprète. Je ne suis pas une grande fan de Tom Hardy, j’aime peu sa prestance physique, la place qu’il prend, sa manière de bouger. D’ailleurs les scènes où il est juste Eddie Brock me sont un peu passées au dessus. Puis vient la cohabitation avec Venom et là ça change tout. On a l’impression que le film assume son côté nanar et joue la carte à fond. Il n’est pas prise de tête, il ne se prend pas pour ce qu’il n’est pas, il ne tente pas de faire du grandiose, comme les derniers films mutants que j’ai pu voir. On se retrouve face à des scènes qui font rire, et pas rire jaune de malaise, juste rire. On est face à un acteur qui joue à merveille la schizophrénie et dont le duo avec sa voix intérieure fonctionne vraiment. En dehors de Hardy le reste du casting est quelconque et n’a pas grand chose à prouver, coucou Michelle Williams et Riz Ahmed. Au moins, iels ne font pas mal les choses. J’aime bien que Venom dit qu’il veut manger des têtes. Et vraiment, c’est pas rien. De manière, je n’ai pas eu de longue scène qui m’ont donné envie de me lever de mon siège pour sortir de la salle. Vraiment, c’est un gros point par rapport à d’autre film où je ne faisais que souffler de rage.

Est-ce que mettre le film en Rated-R l’aurait sauvé ? Je ne pense pas,ça aurait rendu gore 2/3 scènes, rien de plus.  Et puis le sauver de quoi ? Grâce à sa classification PG-13, Venom réalise un excellent démarrage en France. Il atteindra le million de spectat.eurs.rices sans problème et aux US il a réalisé le meilleur démarrage de tous les temps pour un film d’octobre. Les estimations lui accordaient un petit $60 M, il a fait $80 M pour son premier weekend d’exploitation. Pourquoi ? Parce que les ados de 13/15 ans, un peu rebelles peuvent voir un film un peu violent, alors que RIEN n’est montré. Venom est très propre quand il mange des têtes, pas besoin de faire le ménage après. Finalement la cible du film Venom n’est pas la.le fan de comics, l’adulte qui cherche le truc en plus dans un film de super-héros. La cible du film sont les ados.
Repensez à tous les films nazes dans votre adolescence que vous avez vu mais que vous avez trouvé géniaux à l’époque (Souviens-toi l’été dernier), et bien la génération actuelle a également le droit d’avoir ce genre de film.

Pour les autres, les adultes fans de comics et/ou de Venom, vous pouvez attendre la sortie domestique. Car vraiment vous avez vu pire, les derniers films de la Fox par exemple, et avec un peu de chance, vous rirez autant que moi, puis deux jours après vous l’aurez oublié, sans pour autant vous en vouloir.

Venom

Réalisation : Ruben Fleischer
Scénario : Jeff Pinkner & Scott Rosenberg & Kelly Marcel
Avec : Tom Hardy, Michelle Williams, Riz Ahmed, Woody Harrelson, etc.
Sortie le 10 octobre 2018

Paula

Je bois du thé avec Natasha. Je mange des burgers avec Rogue. Je suis secrètement amoureuse d'Elektra. Je suis sous les ordres de Captain Marvel.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. PA dit :

    En effet le temps passe bien vite sur ce film et aucune seconde lecture le rend assez léger. J’espère une version Director’s Cut ou Tom Hardy’s cut qui apportera un peu de matière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.