[Dossier] Black Widow & Elektra coincées dans leur passé

En lisant la dernière série Black Widow, j’ai eu un sentiment de déjà vu. Natasha Romanov était de nouveau confrontée à son passé d’enfant élevée dans la Red Room. Et puis en y réfléchissant un peu, le même sentiment m’accompagne avec les dernières lectures Elektra. Est-ce moi qui part en vrille ou bien Marvel Comics et les scénaristes qui utilisent toujours les mêmes ficèles ?

  • Le cas Black Widow

L’histoire de Black Widow on commence à la connaitre. Espionne russe élevée dans la Red Room, au moment de la Guerre Froide, pour être transformée en machine à tuer et venir à bout des américains. Depuis elle s’est retournée contre sa mère-patrie, elle est devenue une Avengers. Elle garde cependant sa passion pour le secret et ses techniques de combat redoutables. Elle apporte une touche d’espionnage aux comics Marvel qui ne me déplait pas. Ce qui me déplait par contre car que toutes ses dernières aventures solos la ramènent inlassablement à la Red Room. Que ce soit face à d’autres enfants, devenus adultes, de sa génération de la Red Room ou face à des enfants élevés dans d’autres versions de la Red Room.

Dans Black Widow vol.6 par Mark Waid et Chris Samnee, Natasha vole des dossiers confidentiels aux SHIELD car on la fait chanter. Mais très vite Natasha voit émerger une Dark Room, nouvelle version de la Red Room, créée par Anya la fille de la Directrice de la Red Room. Natasha va devoir sauver les élèves de cette école pour en pas qu’elles deviennent des Black Widow.

Dans Black Widow vol.5 par Nathan Edmonson et Phil Noto, on a une Natasha qui accepte des missions d’espionnage, d’extraction de témoins. Le tout aidé par Isaiah Ross, son « avocat ». Tout va à peut près bien jusqu’à ce que l’organisation Chaos soit révélée. Et là pour ne pas me faire mentir les flashbacks de l’enfance de Natasha, ou ses premières mission comme membre du Black Widow Ops Program est mentionné à chaque numéro.  Ici aussi Natasha doit montrer qu’elle n’est pas que l’éducation qu’elle a reçue. C’est peut être le run le plus long sur Black Widow mais j’ai rien appris de nouveau.

Dans Black Widow vol.4 par Marjorie Lui et Daniel Acuna, Natasha est attaquée, laissée pour morte, puis contactée par un corbeau qui veut l’emmener en voyage dans  son passé. Encore ! Bon pour cette série je replace vite-fait le contexte. Cette série est sortie en 2010, la même année que Iron Man 2, film qui introduit Black Widow dans le MCU. Il était normal de répondre à la curiosité des nouveaux fans à propos de ce personnage qui laisse supposé un passé très complexe. Alors je peux un peu plus excuser cette série que celles qui ont suivi.

Dans Black Widow ‘Forever Red’ de Margaret Stohl, le personnage principal de ce roman pour jeune adulte est Ava Orlova. On comprend très vite qu’elle a été élevée par Ivan Somodorov, un russe qui a voulu créer une nouvelle génération de Black Widow. Natasha croise Ava et les deux vont devoir mettre fin aux  agissements de Somodorov. Là aussi c’est le même refrain. Black Widow qui voit remonter son passé dans la Red Room et qui vient en aide à une potentielle nouvelle Black Widow.

  • Le cas Elektra

Si l’histoire d’Elektra est un peu plus compliqué on a tout de même droit à une petit mélange de deux dynamiques, son histoire d’amour torturée avec Daredevil, et son passé d’arme de The Hand.

C’est à Frank Miller que l’ont doit ces deux éléments majeurs dans la vie de la tueuse grecque. Dans Elektra Assassin, il nous présente l’objet de mort que The Hand a fait d’elle. Et dans Elektra Lives Again que l’amour entre Matt et Elektra est voué à être une longue épreuve de souffrance, où la mort autour.

Petit saut dans le temps pour se retrouver en 2001 et découvrir Elektra Vol.2, une série écrite par Brian M. Bendis, puis Greg Rucka. On a sous les yeux impitoyables qui enchaîné les contrats comme je peux enchaîné les tasses de thé. On peut la suivre à la trace avec tous les morts quelle laisse derrière elle. Dans cette série de 35 numéros Elektra va se faire beaucoup d’ennemis et on va découvrir une nouvelle facette d’elle. Elle en a un peu marre de tuer sans cesse, de se retrouver dans des situations violente où elle risque sa vie à chaque seconde. Malheureusement pour elle, elle ne connait que ça, donc au final elle y revient toujours. Cette série nous montre donc un chemin torturé pour Elektra. C’est la dernière fois qu’une série Elektra sera inédite.

Vous savez mon amour pour la série Elektra vol.3 de Haden Blackman et Mike Del Mundo, je en vais revenir dessus et changer mon avis. Cependant cette série a pour point de départ Elektra qui veut fuir Daredevil et qui accepte des contrats car c’est la seule chose qu’elle sait faire. La série ira plus dans le côté rédemption car ici Elektra est une plus une garde du corps qu’une assassine.

Ce n’est pas parce que Elektra vol.4 se passe à Las Vegas qu’elle est bien différente. Matt Owens et Juan Cabal envoient Elektra en voyage car une fois de plus elle en peux pas rester dans la même ville que Matt. Cette série poursuit la nouvelle mouvance, Elektra a une âme et elle tente de faire le bien autour d’elle. Mais ce qui me chagrine c’est que le point de départ c’est toujours Matt.

D’accord Elektra et Matt sont importants l’un pour l’autre. Elektra fait toujours une apparition dans les séries Daredevil. Mais comme ce dernier à plus régulièrement des séries il est plus facile de varier les sujets. Ce n’est pas le cas d’Elektra, donc il faut toujours mentionner ce que le/la lecteur/lectrice, nouveaux ou anciens connait d’elle.

  • Le cas Peter Parker

Je connais très peu les séries Spider-Man donc je ne vais pas trop m’étendre. Cependant j’ai trouvé une certaines redondances dans les récentes lectures que j’ai eu. L’apogée était l’event Clone Conspiracy. Des clones partout, tout le bestiaire de Spider-Man au grand complet vu que tout le monde est cloné. Et surtout, il ne fallait pas l’oublier, Gwen Stacy est vivante.

Pour moi Gwen Stacy n’est pas importante. Quand j’ai commencé à lire Spider-Man elle était morte et enterrée. Spider-Man Blue de Jeph Loeb et Tim Sale était  l’introduction et la conclusion de cette partie de la vie de Peter Parker. Gwen est morte, Peter n’oubli pas son ancien amour, mais la vie continue et il est heureux avec Mary-Jane Watson. Alors en lisant Clone Conspiracy je n’ai pas compris ce besoin de ramener, temporairement, à la vie Gwen Stacy, de torturer une fois de plus Peter. Lui qui est déjà mal à l’aise quand Spider-Gwen est dans le coin. Et puis au final je n’avais pas l’impression de lire quel que chose de dingue. Encore des clones, encore des versions différentes de Spider-Man. Ça faisait beaucoup en peu de temps, après Spider-Verse.
Puis on m’a dit que le/la lecteur/lectrice historique de Spider-Man n’aime pas le changement. Et qu’il/elle attend le retour de Gwen Stacy comme le Messie. Dan Slott était dans une situation où il devait dire, une bonne fois, pour toute que non, Gwen Stacy ne reviendra pas à la vie, jamais.
Pour une fois il semble que ce sont les fans qui enferment Peter Park dans son passé, pas les scénaristes.

  •  Et tous les autres ?

Bien évidement tous les personnages Marvel sont de temps en temps renvoyés à leur passé. C’est une situation humaine. L’alcoolisme de Tony Stark est de temps en temps rappelée. La dernière fois c’était dans Civil War II. Cela était montré pour rappeler l’affection que Tony et Carol ont l’un pour l’autre. Ça n’a jamais été utilisé comme argument pour jugé les agissements des deux. Et toute la différence de traitement est là. Le passé doit servir de temps en temps, pour rappeler le chemin parcouru par le personnage. Mais le passé ne doit pas être la pierre angulaire de l’intrigue.

Paula

Je bois du thé avec Natasha. Je mange des burgers avec Rogue. Je suis secrètement amoureuse d'Elektra. Je suis sous les ordres de Captain Marvel.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Henri dit :

    Le run de Rucka sur Elektra avait des super idées sans citer une seule fois DD ou sa mort de la main du tireur. Par contre pour ses mini sériés black widow il était tombé dans le panneau.

    Spider man pose un vrai problème mais c est pas tant dans les histoires qui se répètent mais plutot dans un retour permanent au statu quo d il y a 40 ans: peter qui s occupe de sa tante, célibataire, et spidey lynché par la presse.
    Inlassablement on y revient. C était le cas avec one more day, je crains que Marvel legacy ne nous refasse le coup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.