Il était une fois… Secret Wars

Alors que l’énorme, et fantastique, run de Jonathan Hickman sur les Avengers, commencé à l’époque sur Ultimates Comics, déjà avec Esad Ribic, touche à sa fin, il me semblait logique de nous intéresser, pour ce nouveau Il était une fois au premières Secret Wars, le doyen des crossover made in Marvel.

etait-fois-secret-wars-84

Petite rectification avant de commencer, Secret Wars, en 1984 n’est pas le premier crossover de Marvel (Contest of Champions en 1982), mais le premier à avoir du succès et devient le précurseur d’une longue série de crossovers et events pour Marvel. Et dire que tout cela démarre suite à une demande d’un fabricant de jouets !

De très nombreux héros de notre planète se retrouvent à bord d’un étrange vaisseau, sans savoir où ils se trouvent. Captain America, Captain Marvel, Iron Man, Wasp, She-Hulk, Thor, Hawkeye, Mister Fantastic, Thing, Human Torch, Hulk, Cyclops, Diablo, Colossus, Rogue, Xavier, Storm, Wolverine et Magnéto. Non loin de là, un autre vaisseau, est lui habité par des méchants de l’univers Marvel, Doom, Octopus, Absorbing Man Molecule Man, le Wrecking Crew, Enchantress, Kang, Ultron et Lizard. Tous assistent, stupéfaits, à la formation d’une planète, Battleworld !
Ils y sont tous téléportés et le Beyonder leur adresse ces quelques mots : « Je viens de l’au-delà. Terrassez vos ennemis, et vos désirs deviendront réalités. Il n’est de rêve que je puisse accomplir. »

Sentant la puissance de ce Beyonder, Galactus dirige vers lui avant de se faire repousser comme si de rien était. Tous comprennent alors que ce nouvel ennemi invincible est d’une puissance sans commune mesure. Les héros et les vilains commencent à s’affronter sous la houlette de Captain America, plébiscité, et Doom, autoproclamé. La première manche est une formalité pour les héros, qui emprisonnent une partie de leurs ennemis.

Secret-wars-84-1

Mais il n’y a aucune cohésion chez les héros. Magnéto kidnappe Wasp pour vivre à l’écart, vite rejoints par les X-Men, persuadé que leurs dons mutants les mettront à l’écart. C’est à ce moment là que le groupe de Fatalis vient prendre sa revanche, deux nouvelles recrues, deux nouvelles « créations » : Titania et Volcana ! Nos héros manquent de mourir écrasés par une montagne, grâce à l’intervention in extremis de Hulk. Ils trouvent alors refuge dans un village d’autochtones, où ils y subissent les soins de la charmante Zsaji, dont tombe amoureux Johnny Storm.

Les combats reprennent de plus belle, X-Men, She-Hulk, Titania… Nos héros mettent du cœur à l’ouvrage. Nous assistons également à l’arrivée du fameux costume noir de Spider-Man, amené à devenir culte ! Galactus, quant à lui commence à absorber la planète. A l’aide de Klaw, qu’il découpe en morceau, Doom parvient à absorber les pouvoirs et l’énergie de Galactus, puis celle du Beyonder. L’ennemi des Fantastic Four devient omniscient et omnipotent. Mais son égo étant déjà sans limite sans ces pouvoirs, il est facile de deviner que c’est ce même égo qui causera sa perte et permettra au Beyonder de récupérer ses pouvoirs.

La saga se termine avec l’enterrement de Zsaji, qui s’est sacrifiée pour sauver nos héros. Mister Fantastic fabrique un téléporteur pour rentrer sur Terre et tous ces personnages quittent Battleworld en y laissant The Thing, capable de reprendre sa forme humaine en restant sur cette jeune planète.

Secret-wars-84-2

  • Pourquoi Secret Wars est incontournable

Je n’ai lu ces Secret Wars il n’y a que très récemment au vu de sa date de sortie initiale. Et je dois bien avouer que cela n’a pas été une lecture m’ayant procuré un grand et véritable plaisir de lecture. La faute à un trop grand nombre de protagonistes, dont beaucoup ne servent absolument à rien, à une narration très ennuyeuse et pompeuse.

Mais aussi moyen que soit cette saga, elle demeure historique ! On y assiste à un gros chamboulement dans le casting des Fantastic Four, Charles Xavier remarche, première apparition pour Titania, Volcana et la seconde Spider-Woman, et surtout le costume noir de Spider-Man amené à devenir le cultissime Venom ! Et puis Secret Wars est le point d’origine de tout un tas d’autres sagas pour Marvel. Un récit très moyen donc, mais indispensable.

Secret-wars-84-3

  • Où lire Secret Wars

Cette saga de plus de trois cents pages a eu le droit à plusieurs publications de la part de Panini Comics, il faut dire que son aspect mythique le justifie amplement. Le plus simple, et le moins onéreux, consiste à se jeter sur la version Marvel Gold, où l’on se retrouve avec toute cette saga fondatrice pour moins de vingt euros!

Secret Wars

secret-wars-84-cover Les Guerres Secrètes 
Scénario : Jim Shooter
Dessins : Mike Zeke et Bob Layton
Encrage : John Beatty, Jack Abel et Mike Esposito
Couleurs : Christie Scheele, Nelson Yomtov et Jerron Quality Color
Lettrage : Ram
Cover : Alex Ross
17,50€

Romain

Fan de comics depuis avant les années 2000, je suis un véritable boulimique de lecture. Fan de Nova, le vrai hein, pas le petit rigolo du moment, j’aime regarder les étoiles au moment de m’allonger pour lire et réfléchir à comment partager cette passion sur mon blog ou maintenant ici.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.