Interview de Javier Garrón

En novembre dernier, lors de la Comic Con de Paris, j’ai eu l’occasion de rencontrer, grâce à Panini Comics, Javier Garrón. Vous l’avez surement croisé sur les séries Cyclops ou Star-Lord. Lors de la la CCP, Panini Comics avait annoncé son nouveau kiosque, Marvel Heroes. Sorte de kiosque-magazine, un petit pavé de 272 pages, qui arrive enfin dans nos rayons ce mois-ci. Au sommaire on retrouve la série US Secret Warriors, dessinée par… Javier Garrón, avec Matthew Rossenberg au scénario !
C’est donc l’occasion de re-faire connaissance avec cet artiste espagnol, qui a la pleine confiance de Marvel Comics puisqu’il est l’un de Young Guns 2018.

Bonjour Javier Garrón ! Comment se passe ce weekend à Paris ?

Javier Garrón – Incroyable ! Tout est merveilleux. La ville est merveilleuse. Les gens sont merveilleux. La nourriture est merveilleuse. C’est des conditions de travail merveilleuses. Il faut travailler, faire des dessins, des signatures, mais j’ai tout de même l’impression d’être en vacances.

C’est la première fois que vous venez à Paris ?

Javier Garrón – Non c’est la seconde fois. La première fois c’était en 2003. Avec un ami, le frère de cet ami faisait son Erasmus. Nous sommes venus une semaine le voir et vous visiter tout ce qu’il était possible de voir en semaine. Le Louvre. Montmartre. La Défense. La Tour Eiffel. Versailles. On a tenté de tout voir.

J’ai lu que vous vouliez devenir architecte, qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer  comme dessinateur de comics au final ?

Javier Garrón – J’aimais l’architecture, je voulais devenir architecte. Il y avait des débouchés, avant la crise économique. Mais ça restait un plan B, si jamais je n’arrivais pas à devenir dessinateur de comics. Mais il est arrivé un moment où je me suis rendu compte que l’architecture ce n’était pas pour moi. J’ai donc décidé de lâcher mes études et de me consacrer pleinement à mon désir de devenir dessinateur. Je faisais un mi-temps à la Fnac, et le reste de la journée et de la nuit je dessinais des pages pour les envoyer aux éditeurs, et tenter décrocher des entretiens. Entre le moment le moment où j’ai arrêté les études d’architecture et le moment où j’ai vraiment commencé a être publié, il s’est passé 10 ans.

Les lecteurs français vont bientôt découvrir Secret Empire et la série Secret Warriors de Matthew Rosenberg. Que pouvez-vous nous dire de cette série ?

Javier Garrón – C’est une série très divertissante. Dans chaque numéro il se passe beaucoup de choses. C’est un road-trip centré sur un groupe d’Inhumans qui restent sur Terre, après IvX, pour tenter de sauver les Inhumans de l’Hydra. Pendant Secret Empire, l’Hydra veut contrôler la communauté Inhumaine. Le scénariste, a réussi à trouver le juste équilibre entre ce qui se passe dans Secret Empire, la situation générale des Inhumans, les situations personnelles de chacun des héros. Et avec tout ça la série est très dynamique, très distrayante, les dialogues sont drôles, rapides. Il y a de l’action, du drame, les personnages ont leurs moments. Je trouve vraiment cette série très amusante.

Dans Secret Warriors il y a Moon Girl, vous avez discuté avec Natacha Bustos pour en savoir plus sur le personnage ou vous avez fait confiance à Rosenberg ?

Javier Garrón – Non je ne l’ai pas fait. Ne la connaissant pas je ne voulais pas la déranger, et puis les délais des comics US sont très courts. Je n’ai pas eu le temps de me familiariser en amont avec le personnage. Tout ce fait au fil des pages car il faut continuellement avancer. Plus je dessinais Moon Girl, plus je me suis rendue compte qu’elle était très expressive. Moon Girl est la personne la plus intelligente de l’univers, elle a 8 ans, et elle a beaucoup de caractère ! C’est donc très amusant de la dessiner. Elle est très mature, dans la gestion et la résolution des problèmes. Elle propose des solutions très créatives. Mais en même temps, elle a des colères normales pour une enfant de 8 ans. Ça donne des scènes qui ressembles à :
– Très bien tu as sauvé l’univers. Finis ta soupe et va au lit.
– Non je ne veux pas ! J’ai sauvé la Lune ! Et Mars !
– Finis ta soupe et va au lit.

Les deux facettes du personnages sont vraiment géniales. Et la manière de la représenter, les gestes, les expressions de son visage, c’est très divertissant. Ce que fait Natasha Bustos est inimitable. Je dois juste trouver mon style et contribuer un peu à la vie de Moon Girl.

Vous avez dessiné les mini-séries Cyclops et Star-Lord. Les deux sont sur des ados dans l’espace. Vous êtes le spécialiste des séries ado dans l’espace ou c’est le hasard ?

Javier Garrón – J’espère ne pas être catalogué dans ce genre de séries ! Entre Cyclops et Star-Lord, j’ai fait Inferno, qui n’a rien à voir. Après Star-Lord, j’ai fait des vidéos-comics. Un nouveau média, à mi-chemin entre les dessins animés et les comics, diffusé aux US sur Disney Channel. Mais il est vrai que le cas de Cyclops et Star-Lord est particulier car les séries se ressemblent beaucoup. Je ne sais pas s’ils se sont rendus compte chez Marvel Comics qu’ils m’avaient mis sur les deux séries. En tout cas je pense que j’ai eu mon quota d’ados qui vont dans l’espace.

J’ai l’impression que les romans graphiques espagnols sont fortement influencsé par la situation du pays, La Casa de Paco Roca, Aqui vivo de Isaac Rosa & Cristina Bueno ou El mundo a tus pies de Nadar. Vous aimeriez vous lancer dans un récit de ce genre ?

Javier Garrón – Quand je tentais de percer, je tentais aussi de créer mes projets persos, pour me faire éditer en Espagne. Et les histoires que j’écrivais étaient plutôt de genre science-fiction, fantastique. J’aime beaucoup une phrase de  Alejandro Jodorowsky, « la science fiction est un moyen de parler des problèmes actuels sans avoir les entraves de la réalité. » Les films The Fountain et Les fils de l’homme sont de très bons exemples, sur la condition humaine, les réactions sociales, tout en utilisant des métaphores plutôt que des fait réels. C’est ce genre de récit qui m’a toujours le plus intéressé.

Dernière question, vous devez choisir 3 personnages, un pour visiter un musée, un autre pour aller au cinéma et le troisième pour dîner, qui choisiriez-vous ?

Javier Garrón – Pour le cinéma c’est compliqué, car ça dépend du film….bon pour le cinéma, j’y vais avec Groot. I n’aura pas beaucoup de conversation pendant le film. Je choisis Doctor Doom pour le musée, il pourra me raconter toutes les histoires des tableaux. Et pour dîner…vu que c’est un rencart…Captain America. Il n’y a pas d’autre réponse possible.

Merci beaucoup à Javier Garrón pour son temps, sa gentillesse et à Panini Comics d’avoir permis cette rencontre.

Javier Garron

Paula

Je bois du thé avec Natasha. Je mange des burgers avec Rogue. Je suis secrètement amoureuse d'Elektra. Je suis sous les ordres de Captain Marvel.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.