[Review] Daredevil #2 « Le Diable au Couvent »

Ce n’est pas parce que Daredevil a déménagé à San Francisco que sa vie va être plus douce. Même si maintenant il travaille avec Kirsten McDuffie et que tout roule entre eux deux il y a toujours des démons du passé de Matt qui s’invitent à la fête.

daredevil-2-rev-panini-une

La critique ★★★★☆

Ce nouveau tome des aventures de Daredevil dans la collection All-New Marvel-Now chez Panini Comics présente deux arcs. Le premier est lié à l’event Original Sin, le second voit arriver à San Francisco, Zebediah Killgrave alias The Purple Man. (Un bon ami de Jessica Jones que l’on verra dans la série de Netflix Jessica Jones. interprété par David Tennant.)

Manque de bol, Daredevil faisait un petit saut à New-York quand Orb s’amusait avec l’oeil de Uatu. Il voit une scène déroutante entre son père et sa mère. Jack serait-il la cause du départ de Grace, parce qu’il la battait. C’est ce que veut savoir Matt. S’il s’attendait à avoir une « simple » conversation avec sa mère la situation va être un peu plus compliquée. Grace devenue Sœur Maggie est emprisonnée pour avoir vandalisé une entreprise du Wakanda sur le sol américain et elle va se faire extrader. Ce scénario est complétement tiré par les cheveux. Le Wakanda se résume au simple cliché que les occidentaux peuvent avoir des systèmes politiques africains. Ça n’apporte pas grand chose à Daredevil. J’aurais souhaité plus d’introspection ou plus de détails sur sa relation avec sa mère mais non. Je trouvais déjà Original Sin très naze et les tie-in ont confirmé mon avis. J’ose espéré que Mark Waid s’est un peu fait imposé ces deux numéros et qu’il a décidé de les traité de manière très légère car il n’ a habitué à mieux. Comme le prouve ce qui suit.

daredevil-2-rev-2-panini

Ce n’est pas parce que Daredevil est parti vivre sur la côte ouest qu’il a laissé les ennuis derrière lui. Killgrave est à la recherche de sa famille, celle qui lui dit ce qu’il veut entendre sans y être contraint, ses enfants. Enfants qui vont très vite montrer un esprit de ruche, comme les sœurs Stepford Cuckoos. Comme leur géniteur ils peuvent contraindre les gens, puissance 5. Tout cela fait remonter des choses que Matt pensait avoir abandonné à New-York. Notamment sa mal-chance amoureuse qui a trouvé son antidote avec Kirsten McDuffie. Il faut dire qu’elle est parfaite. Drôle, enthousiaste, fan de Daredevil et pas du tout torturée. Bon d’accord sa relation avec son père n’est pas génial, surtout quand il propose à Matt d’écrire son autobiographie. Dans l’ensemble elle a une bonne influence sur Matt.

En 3 numéros l’arc avec les enfants pourpre, on a tout ce qu’il faut. Mark Waid démontre qu’il sait écrire vite et bien, qu’il n’ a pas besoin de 6 numéros pour raconter une histoire qui mène un peu nul part. Chris Samnee montre qu’il est un artiste parfait. Et quand ce n’est pas lui, mais Javier Rodriguez on le regrette.

Waid et Samnee sont insolents de facilité et c’est génial. Ce Daredevil est loin du Daredevil sombre écrit par Frank Miller, qui a fait sa réputation et que Netflix a présenté dans sa série (voir) mais ce bonheur apparent n’a pas effacé les blessures mais un peu de légèreté ça ne fait de mal à personne, surtout pas au lecteur.daredevil-1-rev-2-panini

Daredevil #2

daredevil-2-cov-panini Le Diable au Couvent
Scénario : Mark Waid
Dessins : Chris Samnee & Javier Rodriguez
Encrage : Chris Samnee & Alvaro Lopez
Couleurs : Matthew Wilson & Javier Rodriguez
Lettrage : Elliti
Cover : Chris Samnee
13€

Contient les numéros US Daredevil (vol. 4) #6 à #10

Paula

Je bois du thé avec Natasha. Je mange des burgers avec Rogue. Je suis secrètement amoureuse d'Elektra. Je suis sous les ordres de Captain Marvel.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.